La fin du chemin de crosse?

 

 

 

L’année 2018 devrait être celle de l’Amiens Sport Club. Déjà auréolé d’un titre de champion de France en salle en février – le premier depuis 1991 –, le club de hockey six fois sacré sur gazon pourrait valider son ticket retour en championnat d’Élite. Quatre-vingt-dix ans après sa création, le voici leader de Nationale 1 dans un contexte favorable : cette année, les deux premiers à l’issue du championnat grimpent à l’étage supérieur et Amiens peut définitivement écarter le troisième, Lambersart, qu’il reçoit le 1er mai en match en retard. « Ça devrait le faire », ne cache d’ailleurs pas Laurent Faille, le président. D’ici là, il ne faudra pas tomber dans le piège d’Antibes, septième et sans enjeu mais pas sans talent, avec dans ses rangs le meilleur buteur du championnat, Olivier Sanchez, 22 réalisations. Ce match marquera le retour de l’Amiénois Théo Gavois, l’un des piliers de l’équipe au milieu, parti deux mois en Chine pour ses études. Une absence dans ce secteur important qui s’était ajoutée à celle de Matthieu Catonnet, exilé pour un an dans le championnat australien (JDA #870). « Le titre de champion de France en salle a généré confiance et bonne ambiance mais ce n’était pas l’objectif du club, rappelle Laurent Faille. L’objectif, c’est bien la montée en Élite sur gazon. » Et même mieux : le titre. « Oui, finir champion, c’est toujours bien pour aller voir les élus et les sponsors. »

Please reload